Vous voilà maintenant dans le cœur du problème. Vous trouverez dans cette rubrique l'ensemble de ma collection de machines, jeux, accessoires et autre docs. Le site étant en perpétuelle construction, il manque donc encore des photos. Et puis, de toutes façons, le site est à l'image de ce qu'il représente...un petit monde sans cesse en évolution. Il ne sera donc jamais fini, et c'est tant mieux. Car dans ce domaine, il y a de quoi collectionner, croyez moi !
Mais avant de découvrir tout cela, je vous propose de voir un peu l'envers du décor.

1) Les premiers symptômes :

Ca commence par deux ou trois machines, qui ont marqué notre passé, qu'on rachète comme ça, pour rigoler, se rappeler le bon vieux temps. Ou encore, c'est pour posséder ce qui, à son époque, était inachetable et qui vous faisait baver des litres derrière les vitrines des magasins...
Pasted Graphic
Pour ma part, j'ai commencé par collectionner les Amiga. D'abord un 500 par ci, puis un 600 par là. Et très vite, on découvre tout un tas de bricoles qui gravitent autour de tout ce petit monde (extensions, cartes d'acquisitions, jeux, revues...). Le pire, c'est qu'on y prend vite goût. Mais le summum est au moment où l'histoire vous rattrape : "La guerre Atari-Amiga", que scandaient haut et fort les revues informatiques de l'époque. Mais qu'à donc le ST en plus/moins par rapport à mon Amiga ? Et bien, rien de tel que d'en acheter un pour comparer, non ? Et vlan, vous voilà parti chez le concurrent. Finalement, on a vite fait de s'enflammer et de se retrouver avec une montagne de vieux rossignols. Mais quel bonheur !

2) Les sources

Bon maintenant, si certaines machines ne sont pas très difficiles à trouver (Sega Master System et autres NES qui traînent chez un copain ou le petit cousin), il y a en a d'autres dont la trouvaille relève de la quête du Graal (Apple I....j'ai pourtant bien fouillé dans le grenier de ma grand mère, mais je n'ai jamais rien trouvé). La collection demande donc beaucoup de temps de recherche. Bien sûr, Internet est une formidable mine d'or, mais ne constitue pas toujours, pour autant, la meilleure solution.

- Les sites de ventes (enchères ou autres) comme www.ebay.fr ou www.priceminister.com. Ils vous permettent de trouver vraiment beaucoup de choses. Il ne faut pas avoir peur également d'acheter à l'étranger (Allemagne pour Commodore, Angleterre pour Amstrad/Acorn/Sinclair, USA pour Atari, Japon pour NEC/Sega...). L'avantage, c'est qu'à part surveiller votre enchère, vous n'avez rien d'autre à faire. Vous n'avez qu'à feuilleter les pages. Seulement voilà, vous n'êtes pas à l'abri d'arnaques et les prix de vente sont très souvent absurdes (2, 5, voir 10 fois "la côte"). Ce n'est pas là que vous ferez forcément les plus belles affaires.

- Les petites annonces : www.jannonce.fr, www.okazoo.com. On y trouve parfois des choses intéressantes, mais il faut s'y prendre de bonne heure si on veut que le vendeur ait encore l'objet.

- Les relations : Rien de mieux, les meilleures affaires, prix discount allant du 0 pointé à l'euro symbolique ! Mais mieux vaut avoir un carnet d'adresse blindé. Si vous êtes gros acheteur sur Ebay, vous pouvez avoir vite fait de vous tisser un petit réseau. La patience et la persuasion, croyez moi, ça paye toujours.

- Les brocantes : Un conseil, n'hésitez pas à faire plusieurs voyage à votre véhicule (obligatoire) pour y déposer vos acquisitions. Car marchander une console, avec trois autres cartons de micros à la main, c'est difficilement faisable. Appelez un micro "un clavier", une console "un jeu", et (après le bonjour, évidemment), commencez toujours vos phrases pas un truc du genre :"Heu, ça marche le jeu, là ?". Parce qu'avec des "combien le 130XE avec le 1050 ?" ou bien "Vous avez le workbench avec ?", le vendeur profitera de votre "faiblesse" du collectionneur qui ne veut pas rater l'affaire.

Image 1

3) La vie du musée :

Bien sûr, (en plus de nécessiter un certain budget), une collection d'ordinateurs prend de la place ! Le stockage devient rapidement un calvaire. Ca commence dans la chambre, dans le bureau, ça enchaine dans le salon...si bien qu’arrivait un moment, il devient vite nécessaire de tout migrer dans un local adéquate (surtout si vous tenez à garder une activité sexuelle normale).

Petit voyage au pays du Bronx, ou comment en quelques mois, on passe de l’armoire blindée de ses 10 ans au local dédié


Pasted Graphic